Découvrir le site rever.fr

L'agence Pango vous présente un projet web inédit, le premier média entièrement dédié aux médecines douces et au bien-être du corps et de l'esprit ! Découvrez également un monde d'évasion et de connexion avec les autres. Vous recherchez un formateur en hypnose ? Une solution pour mieux dormir ? Un conseil d'un professionnel du métier

Follow Me

Accueil » REPORTAGE – Salon du CBD : les mains vertes sont de sortie !
salon-du-cbd

REPORTAGE – Salon du CBD : les mains vertes sont de sortie !

4 ans après son arrivée légale dans l’hexagone, le tout premier salon officiel international du CBD, du chanvre et du bien-être, débarquait porte de Versailles du 21 au 22 mai. Un carrefour auquel se sont retrouvés commerçants, consommateurs, et même curieux. Des fleurs jusqu’aux produits cosmétiques, l’accent est mis sur un marché de plus en plus diversifié et en plein essor. Immersion.

 

Tandis qu’un temps radieux a fait sortir une majorité de Parisiens dans les parcs et en terrasse pour profiter de leur samedi, d’autres, sont curieusement retranchés à l’intérieur du parc des expositions, situé dans le sud-ouest de la capitale. C’est aussi le projet de Lila, 24 ans, pharmacienne diplômée dans quelques mois. En alternance dans une entreprise nommée « Équilibre », qui commercialise du Cannabidiol (CBD), elle compte bien aller se promener dans les allées du tout premier salon en la matière pour découvrir ce que les nombreux stands ont à y exposer. Avant même de pénétrer dans le Hall 2, qui accueille les intéressés des plantes vertes, une légère odeur significative vient effleurer nos narines : pas de doute, nous sommes au bon endroit.

C’est une première en France depuis son autorisation à la vente, encadrée par une loi de 2018. Forcément, l’occasion est trop belle pour ceux dont la promotion de produits à base de CBD est devenue le fonds de commerce. Cette molécule issue du chanvre, de la même famille de plantes que le Cannabis (Les Cannabaceae) se différencie néanmoins de ce dernier. Elle contient elle aussi du THC (tétrahydrocannabinol), la substance psychoactive qui provoque un effet « défonce ». Mais la teneur est beaucoup plus faible que dans le Cannabis : la loi exige que le taux de THC n’excède pas les 0,2 %.

 

Un marché de plus en plus diversifié 

On aurait sans doute tendance à se représenter le consommateur type, avec sa fleur de CBD précieusement conservée dans un sachet au fond de sa poche. Néanmoins, c’est en franchissant à peine les portes du salon, que le cliché disparait en partie. « Dans l’imaginaire collectif, j’ai l’impression que c’est un peu comme avec le cannabis : on pense que tous les consommateurs sont des fumeurs. Mais en fait le CBD, on peut le décliner de plusieurs façons et c’est ça qui est intéressant », lance Lila d’un air béa. La future pharmacienne entame une marche à allure soutenue, impatiente de se livrer à des découvertes multiples.

salon-du-cbd

Lila devant le stand de « Jem’s » – Crédit photo : Corentin NL

Sur le chemin, elle est attirée par un premier stand nommé « Jem’s », une épicerie spécialisée dans l’alimentation sucrée à base de CBD. Bien occupé à étaler de la pâte dans des poiles disposées sur une plaque de cuisson, le gérant lève les yeux vers elle et l’interpelle ;  » Une crêpe toute chaude pour mademoiselle ? Venez découvrir un soupçon du CBD en bouche ! ». La jeune femme se laisse tenter, esquisse un léger mouvement de sourcils après sa première bouchée : elle est conquise. Pour s’abreuver, elle n’a qu’à faire quelques mètres, avant de se retrouver embarquée dans une dégustation de vin rosé au CBD. « C’est la première fois que j’essaye ça, s’exclame-t-elle, et franchement, je trouve ça plutôt pas mal ».

Si la traditionnelle couleur verte prédomine, certains stands tentent de se démarquer des autres et osent les couleurs plus « flashy ». D’autres ont carrément décidé d’amener sur place les imposantes machines qu’ils utilisent. Sur les présentoirs, des bocaux remplis de fleurs, par dizaine, chacun décoré du logo et du nom d’une marque spécialisée. « Certains noms me parlent vaguement, mais il y en a pleins que je ne connaissais pas avant de venir ici aujourd’hui « , admet Lila. La découverte de nouvelles franchises n’est pas particulièrement étonnante face à l’expansion de ce genre d’activité en presque 4 ans. Dans un communiqué publié en novembre 2021, l’Union des professionnel du CBD affirmait que plus de 1700 « CBD-shop » et 400 boutiques en ligne avaient déjà ouvert un peu partout dans l’hexagone.

 

« Business is business »

Nourriture, boissons, ou encore produits cosmétiques : une chose est sûre, un véritable marché s’est articulé autour de la substance, pour le plus grand bonheur des entrepreneurs présents sur le salon. Tendance ou pas, les produits à base CBD aussi diversifiés soient-ils, sont au cœur d’une activité qui pourrait s’avérer lucrative. En 2021, le SPCBE (Syndicat Professionnel du Chanvre et du Bien-Être) estimait que ce marché pourrait être capable de générer près d’1,5 milliards d’euros dans quelques années.

Un tel potentiel a de quoi attirer les activités commerciales, qui n’hésitent pas à user des outils de communications actuels pour parfaire leur stratégie. Pages Facebook, comptes Instagram,  le CBD a aussi droit à son siège dans l’e-commerce. Sur le salon, nombreux sont les stands à réutiliser une pratique devenue triviale sur les réseaux sociaux : le concours. Attirée par la musique, les couleurs et la foule, Lila se rue vers « Cake Space », un stand qui commercialise toute sorte de déclinaisons du CBD, à commencer par les fleurs. Nous nous prêtons au jeu à notre tour. Pour participer, rien de plus simple. Un scan de QR code et un abonnement à la page Instagram de la marque suffisent à nous accorder le droit de faire tourner une roue virtuelle. Résultat des courses ? Nous repartons avec une fleur nommée « TuttiFrutti », du papier à rouler, ainsi qu’un briquet.

 

salon-du-cbd

Les participants du concours de « Cake Space » viennent récupérer leur lot au comptoir – Crédit photo : Corentin NL

 

Ce genre de stratégies commerciales, Lila les connaît bien ; « on fait souvent pareil sur notre page Instagram, mais nous avec des huiles. En général, les gens aiment bien le côté jeu pour tenter de gagner une petite surprise à l’arrivée ». Après deux bonnes heures de visite, la future pharmacienne repart les bras chargés de sacs, flyers et fleurs de CBD. Elle n’aura pas déboursé un centime sur le salon, mais se sera fait offrir de petits cadeaux par une bonne dizaine de marques. La future pharmacienne en gardera une image très commerciale ; « finalement, et je m’y attendais un peu, il y a quelques vrais passionnés par la plante et ses vertus, mais c’est surtout le côté business qui ressort vraiment je trouve ». S’il a le mérite de briser les clichés et d’attirer une diversité de profils, ce tout premier salon du CBD n’en demeure pas moins l’occasion pour les marques de dévoiler leur existence et de tenter de se faire une place dans un secteur de plus en plus concurrentiel.

 

Laisser un commentaire